La France et ses artisans sur RTL

La France et ses artisans sur RTL

« Artisan » ce mot sent bon les petits copeaux de bois qui sautent du rabot, l’essence dans laquelle trempent les pièces de moteur.

Ça sent le garage, l’atelier,  le « bleu de travail », ça me parle.

J’ai envie de crier que le travail manuel c’est beau, c’est riche, ça rend les mains caleuses et pleines de vie.

Je suis petite-fille et arrière-petite-fille d’artisan, j’aime le travail manuel et quand j’entends ce mot « artisan » je suis fière de l’être à présent.

Bien sur je n’ai pas les mains caleuses et mon studio sent plutôt la bougie parfumée mais j’ai toujours l’amour du travail bien fait et fait avec amour !

Armelle Levy pour son émission du lundi matin à 5h46 reçoit des artisans de la France entière et j’ai eu la chance ce lundi d’être son invitée (pas à 5h46 je vous rassure, je dormais) mais bien enregistrée quelques jours avant au studio ARTINOA.

volume-eleve_318-10728

Écoutez mes 3 minutes t’interview sur RTL :

Eloa Landais du studio photo ARTINOA sur RTL – La France et ses artisans

« Sous les projecteurs de son atelier parisien, derrière un fond blanc ou teinté, Eloa Martinez immortalise avec son appareil des mamans au ventre arrondi, des bébés, des enfants et des adultes depuis huit ans.

Elle affiche toujours avec la même envie. « Quand j’ai commencé en 2008, j’étais partie pour ne faire que des photos de grossesse et de nouveaux-nés. Il se trouve que finalement, ces petites bêtes grandissent.

J’ai donc suivi les enfants, j’ai accueilli les petits frères et les petites sœurs, les fratries.

Maintenant je fais des photos d’enfant à n’importe quel âge », explique-t-elle. Son plaisir en ce moment ? « Faire des photos de famille à douze ou seize personnes, avec parfois tous les descendants ».

À chaque prise de vue, Eloa tient vraiment à transmettre une histoire de famille. « C’est venu naturellement », avoue-t-elle. « Je voulais que les gens se souviennent de leur famille par les photos.

Je retrouve dans mes clients cette volonté non pas de faire que des belles photos, mais de laisser une trace aux générations futures »,

poursuit la photographe.

Eloa était à la Sorbonne, en droit, pour devenir juge d’instruction, quant à 21 ans elle a tout arrêté pour passer son CAP de photographe.

Aujourd’hui elle suit beaucoup de formations, et elle enseigne aussi son savoir. Son studio photo, c’est surtout un lieu de vie et d’échanges. »

Mon grand père et ma grand mère au garage, dans les année 60 ♥

Garage-papy

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *